Obrázky stránek
PDF
ePub

153. Fontaine d'or. — Aii monde inferieur les grants gardent une fontaine d'or secrete. Tout ce qui plonge dans le dalot ou coule du bel or devient dore" pour toujours (61). *

154. Depositaire secret de la vie. — Les trois lumteres que le jeune e"poux voit, le soir, pres de la chambre nuptiale, sont des cierges allum^s qui r^celent la vie d'une vieille magicienne et des deux sceurs aln6es de l'e"pouse. Pressed de questions, celle-ci finit par en avouer le secret, disant: "Si tu les e"teignais, mes sceurs et la magicienne tomberaient raide mortes." C'est ce qui se produit plus tard (56).2

155. Baiser d'oubli.— Avant de quitter Beau-Prince, la Bellejarretidre-verte dit: 'Trends bien garde de te laisser embrasser par personne. Car, si tu le fais, tu oublieras tout... Et si personne ne t'embrasse, dans un an et un jour nous nous marierons." Sa marraine l'embrasse pendant qu'il dort; et il ne se souvient plus de rien, a son reVeil (49).

156. Tache indeUbile. — Avec la peinture qu'elle prend dans un petit pot, la fille du roi de France fait une tache, apparemment inde'le'bile, au front du grand voleur de Paris (68).3

157. Baume magique. — (a) Le baume ou graisse qu'on trouve dans un petit pot que possede la magicienne suffit a de"truire 1'enchantement et a ramener a la vie des personnes me'tamorphose'es en masses de sel (10, 53, 58). (6) La petite jument dit a Thomas-bon-chasseur: "Dans mon poitrail, je perds tout mon sang. Prends une pinc6e de graisse dans mon oreille gauche et mets-la a mon poitrail, qui gue"rira. Et la blessure est ainsi gue"rie (54).

158. Sifflet qui ressuscite. — (a) Avec un petit sifflet qu'elle a fait, la princesse siffle; Petit-Jean se met a remuer. Elle le lui met dans la bouche. Le voila vivant. (b) Ce theme est parodi6 dans le conte de Pois-verts (21).

159. Repas miraculeux. — (a) Une serviette donne & boire et a manger aussit6t qu'on la dgploie (48).4 (b) Avec une bague ou un me"daillon magiques, on obtient a souhait toutes sortes de mets (55, 63, 64). (c) En piquant la patte gauche de sa petite jument, Thomasbon-chasseur obtient du pain et du vin (54).

160. Nourriture des grants. — Le Vent-de-1'ouest dit a sa m£re: "Si je dois mener cette femme a la montagne Vitr6e, il me faut, ce soir, manger de la bouillie au sucre" (50).6

161. La Toison d'or. — La chevelure de Petit-Jean se change en or aussitdt qu'elle tombe dans la fontaine d'or des grants (61); le long du chemin, Thomas-bon-chasseur ramasse la chevelure lumineuse et enchanted d'une princesse, a la recherche de laquelle il part (54); les trois polls d'or (67).l

1 Voir 44 (Ibid.). « Voir 33 (Ibid.). 'Voir 36 (Ibid.).

4 Voir 23 (Ibid.). • Voir 37 (Ibid.).

162. Chateau d'or et d'argent. — (a) Des chateaux, des batiments et des animaux sont changes en or et en argent (49, 61, 64). (6) Une belle fr6gate d'or et d'argent (66).

163. Suspendu par quatre chaines d'or. — Le chateau et les batiments du roi sont suspendus dans les airs par quatre chatnes d'or (49, 64); un pont est suspendu par quatre chaines d'or (62). *

164. Chateau de cristal. — Le chateau de la montagne Vitr6e (50); une petite ville toute de cristal (53).

165. Obstacles magiques. — Les fuyards voient approcher un nuage noir; quand il est tout pr&s, ceux-ci jettent en arriere d'eux une brosse, une e"caille ou une e'trille; ces objets se transforment en montagnes de pain, d'e"cailles ou d'6trilles qui barrent la route a ceux qui poursuivent. Dans un cas, les fuyards font ainsi paraitre un lac infranchissable (49, 54).'

166. Tempete magique. — Une tempe'te violente precede la venue d'une magicienne, d'un sorcier, d'Stres metamorphoses, de la sirdne ou des grants (4, 11, 48, 49, 52).

167. Flew pdlissante. — Donnant sa rose a ses fr£res, Petit-Jean dit: "Si ma fleur vient a palir, accourez a mon secours." Et quand la sorciere le metamorphose, la rose en palissant avertit ses fr&res de son malheur (58).

168. Bouquet fatal. — Aussitot que le voyageur cueille les fleurs enchanters, la bete fe'roce arrive et lui dit: "Ce bouquet va vous couter cher." Pour eauver la vie de son pere, sa fille cadette consent a epouser le monstre, qui est un prince metamorphose* (48). Un trait semblable se trouve au conte de "Le chateau de Feiicite" (50).

169. Peche merveiUeuse. — Apres avoir rempli sa goelette des poissons, le pe'cheur doit promettre a la sirene de lui remettre son fils Georges (52); sans s'en douter, un pficheur promet son fils au diable, qui lui fait faire une pfiche miraculeuse (25).

170. Objets sacres.— Le livre que les grants adorent (54); le jonc beni qui emp6che la marine de souffrir, en enfer (72).

171. Yeux replaces. — Le fils remet a sa mere les yeux que la sorciere lui a arrache*s et qu'elle gardait, dans un plat, chez elle. La mfcre recouvre la vue des que ses yeux sont remis dans leurs orbites (56).

Evenements domestiques.

172. Quittent le toit paternel. — (o) Des fils partent de chez leur pere podr gagner leur vie ou pour chercher fortune (54, 55, 63, 71); Petit

> Voir 42 (Ibid.). * Voir 43 (Ibid.). 'Voir 35 (Ibid.).

Jean et Petit-Pierre quittent pour toujours la maison paternelle, en disant: "Nous marcherons tant que la terre nous portera" (62). (6) Le roi envoie ses trois fils en leur disant de lui rapporter 1'eau de larajeunie (53).:

173. Enfants perdus. — Trois petites filles s'e"garent en allant porter un diner a leur pere, dans les bois (60). *

174. Pauvrett et misere. — Des gens, dans la fore"t, ne vivent que de racines et d'herbages (61). Un pays est si pauvre qu'on n'y peut rien gagner (55). Par son impr6voyance, une femme cause la ruine de son mari (52).

175. Metiers. — Les soi-disant "metiers" de franc-voleur, de joueur aux d6s et de cultivateur (49). "Voleur de son metier" (68).

176. Au service d'un mattre. — Fesse-ben s'engage pour un an chez le roi. Son salaire consiste a donner une tape au roi, au bout de Panne*e (59); "Monsieur le roi, avez-vous besoin d'un engage"?" — "Oui, et c'est pour..." soigner les volailles, pour garder le chateau, pour travailler au jardin ou a la cuisine (54, 55, 59, 61); Prince-Joseph et Jean-Cuit, deux princes infortune's s'engagent comme commis (53, 66); trois voleurs engagent un mendiant pour toujours dire " Oui" (71).'

177. Protection ou adoption. — Le roi baptise Penfant de la veuve solitaire et lui ordonne de le lui envoyer quand il aura atteint Page de sept ans. Son dessein est de Padopter et d'en faire un prince (51); la veuve aveugle envoie son fils au roi son pere, qui Paccueille a son chateau (56); le roi fait vivre la m£re pauvre de son cuisinier en voyage (55); une seigneuresse adopte Prince-Joseph et le fait instruire, & l'e"cole (53); Jean-Cuit protege la veuve dont il veut e"pouser la fille (66).4

178. Amour filial. —Deux filles cadettes se sacrifient pour sauver la vie a leur pere (48, 50); deux freres consentent a s'exiler pour que le fils du roi e'pouse leur sceur (62).

179. Ban de manage. — Le roi fait battre un ban, annoncant le mariage de ses trois filles a ceux qui, dans un tournoi, seront touches par les boules d'or que les princesses doivent lancer. Apr6s le premier tournoi, le roi fait de nouveau battre un ban pour sa fille cadette, qui n'a pas encore fait son choix (61).

180. Demande en manage. — Le fils d'un roi demande en mariage la fille d'un bucheron (62); a force d'injures, un jeune homme finit par contraindre le roi a lui accorder sa fille en mariage (63); le roi marie sa fille a Jean, son cuisinier, qui, grace a un talisman, se fait construire un chateau magnifique (64); un prince obtient une princesse pour Spouse (57); Jean-Cuit se fiance a la fille d'une pauvre veuve, qu'il e'pouse au bout de trois ans et trois jours (66); un vinaigrier va demander au roi sa fille en mariage pour son fils (70); deux pre"tendants, 1'un pauvre, et 1'autre a 1'aise, aspirent a la main d'une fille qui, contre son gre1, accepte le choix de ses parents (72). *

1 Voir 60 (Ibid.). « Voir 58 (Ibid.).

Voir 62 (Ibid.). « Voir 63 (Ibid.).

181. Ordalies des prttendants. — A Thomas-bon-chasseur qui lui demande d'dpouser la princesse, le roi impose diffeYentes taches, tel que celles de faire la chasse au lion, d'aller chez les grants chercher un livre sacre1, de rapporter de 1'eau d'enmiance, et de faire fondre ensemble du plomb et de l'6tain (54); avant de consentir au depart de sa princesse, Bon-e've'que renferme le pre"tendant dans sa cave et lui ordonne de batir en une seule journ^e des ^curies de plumes d'oiseaux, de vider un lac de mille pieds de profondeur et de construire un pont de mille lieues de longueur (49); les ordalies que le roi impose a PetitJean consistent a enlever une montagne de terre et une montagne de pierre (51); la main d'une princesse est accorded & celui qui, grace a un charme, peut soulever un pont cent pieds en 1'air, sur quatre chaines d'or (62). Par ses prouesses, le grand voleur de Paris gagne la main de la fille du roi de France (68).

182. Belle-mere. — La seconde e'pouse du roi expose le petit prince a un grand danger, espe>ant causer ainsi sa perte (56).2

183. Fidelite conjugate. — Avant de partir pour voyage, un prince parie avec son voisin que sa femme lui restera fidele, durant son absence. Des aventures romanesques se basent sur cette intrigue (66, 67).*

184. Trahison d'epoux. — (a) Une princesse trahit son mari, qu'elle n'aime pas, en lui enlevant le talisman dont il vient de lui re've'ler le secret (63). (6) Sans s'en rendre compte, une femme trahit son e'poux, qui est oblige" de partir pour un pays e"loign6 (48, 50, 64).

185. Epouse repudiee. — (a) Une magicienne force le roi a rdpudier son e'pouse, dont elle envie le sort (3, 56). (6) Croyant a tort son epouse coupable d'un crime, un prince la fait jeter dans les bassesfosses, ou la condamne a mort (27, 66, 67).

186. Heritages. — (a) Le roi donne un sabre coupant sept lieues a la ronde a son fils Jean, qui part et s'en va cbercher fortune (58); a chacun de ses trois fils qui s'en vont, le roi donne un chien, un poney, un lion et une fleur merveilleuse (58); comme il part, Georges recoit de son pere un canif (magique) (52). (b) Le roi donne a son fils sa couronne, son chateau et son royaume (49, 50, 51, 52, 53, 57, 62, 68); Jean-Cuit heYite de la couronne de son pere le roi, mort durant son absence (66);

i Voir 63 (Ibid.). « Voir 59 (Ibid.). 'Voir 64 (Ibid.).

Thomas-bon-chasseur devient roi, à la mort de celui dont il a causé la perte (54). l

Protection surnaturelle.

187. Dons de fées. — (a) En reconnaissance du cadeau que lui fait un orphelin, une fée lui donne un lingot d'argent, avec lequel on lui fait une bague magique (63). (b) Une fée donne à sa protégée des sabots, un rouet, une quenouille et des ciseaux enchantés (50); Petit-Jean reçoit de la fée une canne de souhaite-vertu (61) ; un cuisinier condamné à mort trouve chez un vieillard endormi un médaillon qui accomplit tous les souhaits qu'on lui adresse (55).2 (c) Un vieillard, qui connaît le nom de tout le monde, échange de chevaux avec Thomas-bon-chasseur, et lui donne une petite jument dont les pouvoirs merveilleux se révèlent bientôt (54); le vieux fusil, qu'un inconnu donne en retour d'une paire de chevaux, tue tout ce qu'on vise (62).

188. Fées conseillères. — (a) Trois fées vivent de plus en plus loin dans la forêt, et dont la dernière est la plus puissante, ne laissent jamais passer personne. Mais quand on se présente à elles, elles écoutent le récit des tribulations qu'on leur fait, et elles finissent par accorder leurs faveurs (7, 48, 56); un vieillard à qui on demande conseil renvoie à sa sœur, une fée, qui reste de l'autre côté de la mer bleue (55). (b) Une fée bienveillante accorde son aide et ses conseils à un voyageur (49, 53, 56, 61). (c) Un roi consulte une sorcière qui le guide de ses conseils (68) .s

189. Qui l'a vuf — (a) La princesse demande au forgeron s'il a vu passer le prince en fuite; elle s'en informe ensuite, chez les trois fées (48). (b) Qui a vu le château que l'on cherche, ou qui a disparu mystérieusement? (50, 55, 56.)

190. Les animaux que l'on consulte. — On demande au maître des oiseaux, à la maîtresse des poissons, au roi des poissons, s'ils ont vu le château disparu (55, 56).

191. Chevaux protecteurs. — Avec l'aide et les conseils de sa petite jument, une princesse métamorphosée, Thomas-bon-chasseur réussit dans toutes ses entreprises aventureuses (54) .4

192. Le rock. — (a) La princesse qui cherche son mari se fait transporter à la montagne Vitrée par un gros corbeau. Quand elle n'a plus de bœuf à lui donner à manger, il la laisse tomber (48); le maître des oiseaux envoie un vieux corbeau porter son protégé chez la fée, sa sœur. A chaque fois que l'oiseau crie, il reçoit un morceau de caribou (55); quand la sorcière lance Petit-Jean dans les airs, il rencontre un aigle qui le prend sur son dos et le rapporte au château. A trente pieds

1 Voir 92 (Ibid.). 'Voir 67 (Ibid.).

• Voir 65 (Ibid.). * Voir 68 (Ibid.).

« PředchozíPokračovat »