Obrázky stránek
PDF
ePub

de terre, 1'aigle le laisse tomber, et il choit dans un jardin enchante" (62).l En un instant, le Vent-de-1'ouest transporte la jeune fille a la montagne Vitr4e (50); transformed en canard, la Belle-jarretiere-verte transporte sur son dos Beau-prince, qui se rend chez Bon-e've'que, a cent lieues de 1'autre c6t6 du soleil (49).

193. Animaux protecteurs. — Pour un batiment rempli de bosuf et un batiment rempli de riz que leur donne Petit-Jean, les aigles et les fourmis le protegent centre le magicien qui le poursuit. II n'a qu'a crier: "Hoi des fourmis!" et les fourmis accourent et de"truisent la chaloupe du magicien. Quand, plus tard, le magicien est sur le point de le rejoindre, Petit-Jean crie: "Roi des aigles!" Les aigles arrivent et deVorent le magicien (51); a Georges qui leur a rendu service, le lion, 1'aigle et la chenille donnent chacun un charme, en disant: "Tu n'auras qu'a penser a moi et tu deviendras... le plus fort de tous les lions" (de tous les aigles, ou la plus petite de toutes les chenilles). Quand il lui plait de se transformer en 1'un de ces animaux protecteurs, il n'a qu'a penser a lui (52); un lion, un chien et un poney protegent les trois fils d'un roi (58); le pigeon en de'tresse a qui Georges rend secours lui indique oti se trouve le serpent de la savane rouge, et lui reVele le secret qu'il cherche (52).*

194. Protection d'un etre metamorphose, — Un prince ou une princesse me"tamorphos6s en chevaux ou en chattes guident et protegent ceux qui deviennent ensuite leurs libeYateurs (4, 6, 54).

195. Reconnaissance du Christ. — En reconnaissance de rhospitalite" de Fre'de'rico, Notre-Seigneur lui fait trois dons: le violon qui fait danser bon gre", mal gre", le sac magique et "Reste-colleM" (69.)8

196. Le quart d'heure de grace. — Avant de mourir, Javotte demande un quart d'heure pour prier; ce que Jean-Parle lui accorde (28); condamn6 a £tre mis a mort et mange" par l'6quipage, le cuisinier demande qu'on lui laisse le temps de faire un acte de contrition. Le capitaine lui accorde cette faveur (55); en disant: "Tu es toujours pour mourir!" le roi permet a Petit-Jean d'apporter son chat a 1'tle aux rats (64); on accorde au roi prisonnier la grace qu'il demande de soumettre Thomas-bon-chasseur aux ordalies, a sa place (54).

Enchantements, possessions et metamorphoses.

197. 'Princesses gardeea.' — Des ge'ants gardent des princesses endormies, qu'ils ont ravies a leurs parents (53, 54); trois princesses 'gardens' par trois g6ants, a leur chateau (57); fille enlev£e par le vieux magicien, il y a sept ans (51); trois princesses emprisonne"es par une magicienne, au chateau rond de la mer Rouge (56) .*

» Voir 71 (Ibid.). • Voir 70 (Ibid.).

• Voir 72 (Ibid.). * Voir 78 (Ibid.).

198. Princes ou princesses metamorphostes. — (a) Le fils d'un roi est me'tamorphose' en b6te f6roce; rasas, la nuit, il redevient un beau prince (48); le plus beau des princes est me'tamorphose' pour tous les jours de sa vie en petit lievre. Ces deux princes e'pousent chacun une fille cadette qui, en se sacrifiant, sauve la vie a son pere (50). (6) Un roi, sa fille, leur chateau et leur ville sont soi-disant "metamorphoses" a cinq cents brasses sous la mer (52). (c) Une magicienne me'tamorphose les deux freres alnes en masses de sel, "dont ils ne peuvent sortir" (53, 58). (d) On soigne au pain et au vin une princesse meiamorphos6e en petite jument (54); un beau prince est transform^ en vieillard dont la barbe blanche traine presque a terre (60). (e) Les feuilles de salade cueilh'es dans un jardin enchant^ transforment tous ceux qui en mangent en poulains et en juments; mais aussito't qu'ils mangent d'une certaine pomme d'or, ils reprennent leur nature premiere et deviennent princes ou princesses (62). *

199. Les prisonniers. — (a) La seconde femme du prince fait jeter la princesse, sa premiere Spouse, dans les basses-fosses, afin de la faire p4rir (48); deux petites filles Sgarees sont jet^es dans les basses-fosses; et c'est, plus tard, leur sceur cadette qui les delivre (60). (b) Un roi emprisonne son voisin qu'il a invite1 a lui rendre visite (54); sur la porte d'un h6tel, dans la petite ville de cristal, on lit: "Ici, on se divertit!" Les deux princes qui y entrent sont faits prisonniers, pour 6tre pendus si on ne paie leur rangon (53).

200. Les victimes du dragon. — La ville est toute en deuil. PetitJean s'informe de la raison de ce deuil. On lui r£pond: "Une princesse doit 6tre divorce par la Bfite-a-sept-tfites, demain matin, sur la haute montagne (58). *

201. L'enfant rachete le pere. — Quand le paysan casse un bouquet ou des rameaux dans les parterres de la b6te feroce ou du petit lapin, ceux-ci lui disent: "Ce bouquet... va vous couter cher!" Et ce n'est qu'en leur sacrifiant sa fille cadette qu'il peut sauver sa vie (48, 50); apres une peche merveilleuse, un pficheur voit apparaltre une sirene, qui lui dit: "Cette fois-ci, ta charge de poisson va te coftter cher. Tu vas peYir si tu ne promets de me donner ton fils Georges, a ton prochain voyage." Plus tard, la sirene avale Georges (52).

202. Sortileges. (a) Comme un roi ramasse une serviette le long de son chemin, il en sort une f6e galeuse, qui arrache les yeux a la reine et se marie au roi, a sa place (56). (6) Ayant ramass^ la belle chevelure d'or qu'il voit sur le chemin, Thomas-bon-chasseur est pris du d^sir funeste de trouver la princesse a qui elle appartient (54). (c) Ceux qui font le tour de la grosse montagne, ou ceux qui s'apprcchent des lumieres de la f^e n'en reviennent jamais. Une magicienne les metamorphose ou les fait pe"rir (58, 62). (d) Aussit6t qu'atteints du sortilege, Beau-prince et Thomas-bon-chasseur s'en vont s'enfermer dans leur chambre, oil ils restent sans boire ni manger (49, 54).

'Voir 76 (Ibid.). «Voir 79 (Ibid.).

203. La proie du diable. — Le diable emporte en enfer la marine qui, de d^pit, en a exprime le souhait fatal (72).'

Dilivranee, liberation.

204. Liberateur par ordre du roi. — Le roi somme Thomas-bonchasseur de venir le delivrer. Un autre maltre, plus tard, lui envoie chercher la princeise a la belle chevelure d'or, que gardent les grants (54). Au roi qui lui demande de ddlivrer sa princesse, Petit-Jean re"pond qu'il ne le fera que si le roi se rend a ses conditions (51).

205. La tdche du liberateur. — (a) Avant de remettre sa prisonniere, le magicien impose trois taches au libeVateur, en lui disant: "Tu as encore bien de quoi a faire avant de Pemmener!" (51). (b) Afin de delivrer les princes transformed en be"te fe"roce ou en petit lievre, il faut les e"pouser et vivre avec eux pendant une p6riode de'termine'e (48, 50).

206. Condition seer tie de la delivrance. — (a) Celui qui cherche a de"livrer la victime arrive a de"couvrir le moyen secret d'y arriver (2, 11, 48, 50, 51, 52, 53, 54, 58). (6) "Pour me de"livrer de cette peau de b6te, dit le prince metamorphose, il faudrait faire un feu pour la bruler tout entiere et pour que pas un poil ne reste" (48, 50); pour deiivrer le roi, la princesse et leur chateau, qui sont a cinq cents brasses sous 1'eau, il faut tuer le serpent de la savane rouge, prendre les trois oeufs dans son corps, et les casser un a un a diffe"rents endroits indiqu6s (52, voir aussi le conte 2). (c) Des revers accompagnent 1'accomplissement premature de ces conditions, et le personnage de'livre' se voit soudainement entrain^ a un pays lointain ou il est difficile de le rejoindre (48, 50).

207. Delivrance. — (a) On de'livre des princesses 'gardens' ou prisonnieres (51, 53, 54, 56, 57, 62). (&) La princesse demande a la sirene d'ouvrir la bouche pour que Georges, qu'elle vient d'avaler, puisse lui dire un dernier mot. Aussit6t que la sir^ne ouvre la bouche, Georges se transforme en aigle et, libre, il s'en vole (52). *

208. Victimes rachetees. — Prince-Joseph rachete ses deux freres metamorphoses par la vieille magicienne; il paie de nouveau leur rancon et les de'livre, quand ils sont faits prisonniers a la ville de cristal (53); Thomas-bon-chasseur rachete son maitre en se substituant a lui, dans les ordalies (54).

209. Delivrance de ceux qui sont metamorphoses. — (a) On brule la peau de be"te enchanted que met et enleve le personnage m6tamor

i Voir 80 (JWd.)- * Voir 83 (Ibid.).

phosé (48, 50). (6) Décapitée, la petite jument redevient une belle princesse (54). (c) Au moyen d'un baume magique on ramène à la vie des personnes transformées en masse de sel (51, 53, 58). (d) En donnant à manger à trois animaux renfermés dans le château, une petite fille délivre un prince métamorphosé en vieillard. Un bruit effrayant accompagne ce phénomène (60). (e) En mangeant une pomme d'or, deux pouliches redeviennent femmes (62). (/) Aussitôt que Georges casse les trois œufs pris dans le corps du serpent de la savane rouge, le château enchanté et ses habitants sont délivrés (52).l

210. Le protecteur métamorphosé qu'on oublie. — Quand l'épouse de la bête féroce revient après trois jours d'absence, elle trouve son prince métamorphosé gisant, presque mort (54) ; pendant trois jours, Thomasbon-chasseur oublie sa protectrice, une princesse transformée en petite jument, qui est mourante, à terre, lorsqu'il la retrouve (54).

211. A la poursuite du libérateur. — Bon-évêque et sa femme donnent la chasse à Beau-prince et à la Belle-jarretière-verte, qui s'enfuient (48); Petit-Jean s'enfuit, emmenant avec lui la princesse, sur son navire; le magicien essaie en vain de les rattraper (51) ; à cheval sur la petite jument, Thomas-bon-chasseur et la princesse fuient à toute vitesse, poursuivis par les géants, qui ont leurs bottes de sept lieues (54).

212. Le libérateur se cache. — Après avoir pris comme gage les langues de la Bête-à-sept-têtes qu'il a détruite, Petit-Jean quitte la princesse délivrée et se cache dans la cabane d'un vieillard. Pendant ce temps, un charbonnier ramène la princesse au roi, et se disant le libérateur, il va l'épouser quand Petit-Jean démasque sa fourberie (58). »

213. Epreuves du libérateur. — Quoiqu'il ait délivré la princesse 'gardée' par les géants, Thomas-bon-chasseur ne peut obtenir sa main qu'après maintes épreuves (54); un délai d'un an et un jour doit s'écouler avant que Beau-prince épouse la Belle-jarretière-verte (49); avant l'expiration d'un an et un jour, la libératrice doit se rendre à un pays éloigné, où demeure le prince délivré (48, 50).

214. Le libérateur se fait reconnaître. — Oubliée par celui qu'elle a délivré, la libératrice arrive enfin auprès de lui et, par ruse, elle réussit à se faire reconnaître. Comme, le prince vient de se remarier, il faut d'abord acheter de sa femme la permission de le voir et de lui parler; ce qu'elle fait au moyen d'objets magiques qu'on lui envie (7, 48, 50); dans un autre cas, la princesse oubliée est invitée, comme tous les autres, aux noces du prince. Elle se fait reconnaître par l'entremise d'une petite poule et d'un petit coq parlants.

1 Voir 77 (Ibid.). » Voir 84 (Ibid.).

215. Banquet nuptial. — Le roi invite tout le monde aux noces du prince ou de la princesse; le libérateur y vient comme les autres et c'est là qu'il se fait reconnaître (49, 58).'

216. Rivaux confrontés. — Durant le banquet nuptial, le roi fait condamner les portes et les fenêtres, afin que personne ne sorte. L'imposteur fait d'abord le récit de ses aventures. Vient ensuite le vrai libérateur, qui se fait reconnaître (51, 53, 58).2

217. Gages ou preuves d'identité. — (a) La princesse montre le mouchoir et le jonc que lui a laissés le prince avant son départ; sur le mouchoir est écrit le nom du prince (48, 50). 3 (b) Pour prouver qu'il a détruit la Bête-à-sept-têtes, Petit-Jean en montre les sept langues, qu'il a conservées dans le mouchoir de la princesse délivrée (58).4

218. Récit symbolique de l'intrigue. — (a) Le prince dit: "J'avais une vieille clef, que j'ai perdue. Je l'ai remplacée par une neuve. Maintenant je retrouve la vieille, qui est meilleure que la neuve. Laquelle dois-je choisir?" L'assemblée répond: "La vieille!" Le prince fait alors reconnaître la princesse qu'il avait perdue, et il la choisit au heu de celle qu'il allait justement épouser (7, 48). (b) La Belle-jarretièreverte met sur la table un petit coq et une petite poule qui, en se parlant, représentent symboliquement les aventures oubliées de Beau-prince, pour les lui remettre en mémoire (49).

219. Mariage du libérateur. — Le héros épouse celle qu'il a délivrée (51, 52, 53, 54); il choisit la plus jeune des trois princesses (56); PetitJean épouse la princesse qu'on lui a promise avant qu'il aille la délivrer (57, 58) ; le prince dit à la petite fille qui l'a délivré sans le savoir: "C'est toi qui m'as délivré; il faut donc se marier" (60).

220. Châtiment de l'imposteur. — (a) Le roi demande au héros: "A quoi le condamnes-tu!" Et celui-ci le condamne, soit à être écartelé ou jeté dans les basses-fosses, soit à errer sans but par le monde (51, 53, 58). (b) Quelquefois, l'imposteur périt par le sabre ou par le feu (54, 58) .6

221. Nouvelle épouse répudiée. — Ayant retrouvé sa première épouse, le prince renonce à son second mariage ou répudie sa nouvelle épouse (48, 49, 50).

Luttes, rivalités et tournois.

222. Destruction des géants. — Le roi dit: "J'ai déjà essayé de faire détruire les géants par mes armées, mais sans jamais réussir." Pendant leur sommeil Petit-Jean les détruit avec son sabre magique (57). 6

i Voir 90 (Ibid.). 2 Voir 89XIbid.). » Voir 86 (Ibid.).

* Voir 87 (Ibid.). 'Voir 93 (Ibid.). 'Voir 94 (Ibid.).

« PředchozíPokračovat »