Obrázky stránek
PDF
ePub

223. Lutte conire les monstres. — Me'tamorphose' en lion, Georges se bat avec le serpent de la savane rouge et le de"truit (52); de son sabre Petit-Jean de'truit la Be'te-a-sept-te'tes (58).'

224. Quartier. — La Bete-a-sept-t6tes demande quartier pour un quart d'heure; ce qui lui est accorde" (58).

225. Pan's et jeux de hasard. — (a) Bon-e've'que et Beau-prince jouent trois fois aux d6s; le perdant doit accomplir ce qu'exige son rival (49); Pipette et ses voisins jouent aux cartes et parient place contre place (23); dans le pan du prince et de son voisin 1'enjeu est bien contre bien (66, 67).

226. Champ aride et champ fertile. — Petit-Jean mene le troupeau de vaches maigres du roi dans le champ fertile des grants. Les vaches s'y saoulent en un instant (57).2

227. Crainte et duplicite. — Craignant Fesse-ben a cause de sa force extraordinaire, le roi cherche, mais en vain, a causer sa perte en lui faisant lancer des pierres sur la t£te, dans un puits, en 1'envoyant aux moulins du diable et de la Be'te-a-renifler, et en faisant tirer sur lui du canon (59).3

228. On accuse le heros de se vanter. — On dit au roi: "Un tel se vante de pouvoir faire ceci ou cela." Le roi re"pond: "S'il s'en est vant£, il va yaller." Et quand le roi lui en parle, il re"pond ordinairement: "Sire le roi, je ne m'en suis pas vante"; mais, s'il le faut, je vas y aller" (51,56,57).*

229. La visile du roi. — Le roi envoie ses valets inviter Petit-Jean ou un autre. Celui-ci r6pond: "Si le roi a affaire a moi, qu'il vienne ici me voir" (58, 61); au lieu d'accepter 1'invitation du roi, Petit-Jean le prie de venir diner chez lui avec la reine (64).

230. Jalousie ou rivalite. — Jaloux de Petit-Jean, le vacher du roi le trahit et le fait tuer par un boucher (51); le charbonnier, rival de PetitJean, reclame la main de la princesse qu'il pretend avoir de°livre"e (58); une vieille rate se bat avec une petite rate ou avec une souris, dont elle veut usurper la gloire et la recompense (63, 64).B

231. On cede d la force. (a) Se voyant la victime impuissante des prouesses d'un pr£tendant ou d'un voleur, le roi finit par c^der et par lui accorder la main de sa fille (63, 68). (6) Le roi des rats achete le salut de son peuple en se mettant au service du jeune homme qui cherche le talisman qu'on lui a vole" (63, 64). (c) La magicienne contraint le roi a l'6pouser sur-le-champ (3, 51). (d) Pour se de"gager d'un mauvais pas, le diable renonce a ses droits sur quelqu'un ou sur quelque objet (13, 22, 23, 59, 69).

» Voir 96 (Ibid.). 'Voir 99 (/bid.). » Voir 102 (Ibid.).

* Voir 105 (Ibid.). • Voir 101 (Ibid.).

232. Les tournois. — Sans se faire reconnaître, le héros apparaît plusieurs fois et remporte les honneurs du tournoi (3, 5).

Tromperies, crimes et châtiments.

233. Crédulité exploitée. — Sortant de sous la chaise du géant, Petit-Jean lui fait croire qu'il est né de lui; le géant lui accorde donc sa protection (61); Frédérico joue trois tours au diable qui, pour se déprendre, doit renoncer à ses droits sur lui (69); l'ours croit naïvement tout ce que le petit renard lui dit pendant qu'il lui vole ses provisions (65).'

234. Fraude. — Ayant parié bien contre bien avec le prince qu'il gagnerait les faveurs de la princesse durant son absence, un bourgeois a recours à la fraude. Il subtilise des objets destinés à démontrer son succès; et, caché dans un coffre qu'on apporte au château, et, fermant à clef dedans et dehors, il fait durant la nuit des observations qui persuaderont le prince de l'infidélité de sa princesse (66, 67).

235. Vols habiles. — (a) Déguisé en vieux pêcheur, Thomas-bonchasseur pénètre dans le château des géants et vole le livre qu'ils adorent (54); pendant que Petit-Jean dort, ses frères lui volent la bouteille d'eau rajeunissante qu'ils remplacent par une bouteille de saumure (53); un étranger subtilise le médaillon magique de son rival (55); durant la nuit, la princesse vole la bague magique de son époux, qu'elle veut perdre (63); des vieilles sorcières obtiennent de la princesse une bague dont elle ignore la vertu, et qu'elle échange pour une lampe d'argent (64). (6) Les vols habiles des grands voleurs de France et de Paris, qui pénètrent, en enlevant une pierre mobile, dans la tour où le roi garde ses trésors (68). (c) Se disant à l'emploi de l'évêque, trois jeunes brigands volent les soieries d'un marchand, qui se laisse tromper (71). *

236. Déguisement. — (a) Changeant d'habits avec un charbonnier, Prince-Joseph entre au service d'un bourgeois, dont il devient l'homme de confiance (53). (b) Condamnée à mort, une femme s'enfuit, se déguise en soldat ou en avocat, et, au cours d'une brillante carrière, retrouve son mari dont elle rétablit la fortune avant de se faire reconnaître (66, 67). (c) Trois jeunes gens déguisent un mendiant en évoque, et s'en servent pour perpétrer des vols audacieux (71). (d) Déguisé en homme ou en souris, le diable vient sur la terre remplir sa mission néfaste (69, 72).'

237. Substitution de personnes. — (a) Au lieu de mettre à mort la personne condamnée, les valets du prince tuent une petite chienne et en rapportent le cœur, la langue et le foie à leur maître (53, 66).

1 Voir 105 (Ibid.). 'Voir 110 (Ibid.). 'Voir 108 (Ibid.).

(6) Le roi paie un mendiant et I'induit ainsi a recevoir a sa place le chatiment que Fesse-ben, son serviteur, lui reserve (59).' (c) Le petit vacher du roi e"carte le filleul encore inconnu du roi, et se substitue a lui (51); le charbonnier se presente au roi comme le libe'rateur de la princesse, tandis que Petit-Jean, le h4ros, se cache chez un autre charbonnier (58).

238. Porte defendue. — Les grants dependent a PetiWean d'ouvrir une certaine porte, dans leur chateau. Malgre" sa promesse, Petit-Jean Fouvre, baigne sa chevelure dans la fontaine d'or, se fait une perruque de brai dans laquelle il cache sa chevelure d'or, et se fait ensuite passer pour un teigneux (61).2

239. Talismans voles et reconquis. — (a) Un prince vole le me"daillon magique de son rival et se souhaite au fond de la mer la plus creuse avec le chateau et la princesse (55); profitant de 1'absence du prince, trois f6es obtiennent sa bague magique, et souhaitent que son chateau fonde et disparaisse (64); la princesse vole la bague magique de son e"poux qu'elle hait (63); la magicienne fait boire une potion a Petit-Jean, qui vomit et perd le cceur d'oiseau dont lui vient un don merveilleux (62). (b) Une rate d'eau, une petite souris ou une grenouille retrouvent le talisman qui, remis au he>os, restaure sa puissance et lui permet de se venger (55, 63, 64); apres avoir me'tamorphose' la magicienne en vieille jument, Petit-Jean la bat jusqu'a mort et recouvre son cceur enchante" d'oiseau (62).

240. Banquet ou la veriti se decouvre. — (a) Au banquet ou Jean-Cuit et le g6n6ral du roi sont invite's, le bourgeois raconte Im-m^me 1'histoife de sa fourberie. Le ge'ne'ral dit: "Fermez toutes les portes; je veux que personne ne sorte; on va jouer du sabre ici" (66); voulant de"couvrir qui est le grand voleur de Paris, le roi invite les gens de la ville a souper, espe"rant trouver le voleur parmi ses invite's (68). (6) Chacun raconte son histoire, durant le diner. Voyant sa fourberie de"couverte, le traltre, la f£e ou la magicienne se plaignent d'un grand mal pour qu'on les laisse sortir. Mais le roi dit: "Parole de roi, personne n'ira dehors ici, ce soir" (51, 53, 56, 58).

241. Chdtiments. — On condamne le traitre a courir les chemins tout le reste de sa vie, en jouant de 1'orgue de Barbarie (55); pour sa punition, le traltre est condamne" a marcher "tant que la terre le portera" (67); Petit-Jean est condamne' a mort par les grants a qui il a desobe"i (61); le h6ros fait bruler, noyer ou jeter sur 1'tle aux rats ceux qui lui avaient souhaite" un pareil sort (64); on fait bruler sur une grille la servante infidele, et on met sa graisse aux roues des voitures; le bourgeois fourbe est condamne" a fitre emmuraill6 et a vivre au pain et a 1'eau (66); la f& galeuse pe"rit par le glaive de celui dont elle a

1 Voir 103 (Ibid.). 'Voir 106 (Ibid.).

perse"cut6 la mere (56); Petit-Jean prend sa revanche centre la sorciere en la m6tamorphosant en vieille jument et en la tuant & force de coups (62).l

Pays et chdteaux fabuleux.

242. — Le chateau de Fe'licite', suspendu par quatre chatnes d'or, sur la raontagne Vitre"e, dont on dit: "C'est une montagne toute en verre, et coupe"e a pic tout autour" (50); la montagne vitreuse, dont il est impossible d'approcher (48); un pont vitreux (54); le petite ville de cristal, ou se trouve un hdtel avec 1'enseigne: "Messieurs, entrez ici! II y a de quoi vous divertir" (53); 1'ile des g6ants qui poss&dent la fontaine d'eau rajeunissante, et ou on n'arrive que par un pont de rasoirs .(53); le chateau enchant^ de Prince-en-nuit (48); le chateau rond de la mer Rouge, a cent mille brasses sous Peau (56); la demeure de Bon-e've'que, a cent lieues de 1'autre c6t6 du soleil (49); la mer bleue (55); le chateau des grants, sur une colline, dans le monde infe'rieur, ou Ton entre par une caverne (61); le pays 61oigne" ou Jean-Cuit trouve des richesses fabuleuses (66, 67); la forteresse entoure"e de renforts, ou Ton garde des tr&ors (59); le tr&or sans fene'tres du roi de France (68); Pile aux rats, ou le pays des rats, des souris et des grenouilles (63, 64); les parterres du roi, dans la for£t (51, 56); le moulin du diable (59); le moulin a carder de la Be'te-a-renifler (59).

Voyages et transports.

243. Longs voyages. — (a) Voyages sur mer: Petit-Jean part avec trois navires et se rend au pays du magicien qui a enlev6 la princesse du roi (51); le batiment de Prince-Joseph, au cours de longs voyages, s'arre'te a la ville de cristal (53); un batiment est perdu sur mer, et les marins affame's tirent a la courte paille pour savoir qui sera mange" (55); Jean-Cuit fait un voyage de trois ans et trois jours sur mer (66); un prince va dans un pays lointain chercher des richesses, dont il remplit ses batiments (66, 67). (6) Parti pour la guerre, Jean est longtemps absent (64).2

244. A la recherche d'un epoux disparu. — Marchant sur les traces de son e"poux disparu, une femme le retrouve au bout d'un an et un jour, apres avoir use" des sabots d'acier de six pouces d'e"paisseur (48, 50); en cherchant son e"pouse, un prince fait deux fois le tour de la terre, et defense la charge d'or de quatre chevaux (55); la ge'ne'rale du roi part a la recherche de son man, qu'elle finit par retrouver (66).

245. "Prince en jour et bfite fe>oce en nuit" permet a son Spouse de quitter le chateau enchante" et d'aller rendre une visite de trois jours a ses parents (48).

i Voir 93 (Ibid.). « Voir 114 (Ibid.).

246. Attendant l'absent, au bord de la mer. — La vieille femme attend Jean-Cuit avec impatience, et elle va souvent au bord de la mer. Un jour, une frégate apparaît et hisse le pavillon de Jean-Cuit (66); TiJean met dans le haut des mâts le pavillon et le drapeau de la princesse. Le roi, qui passe son temps à regarder la mer avec sa longue-vue, voit arriver le bâtiment (51) ; le roi du pays lointain voit arriver le bâtiment du prince de l'Epée-verte, mais avec le pavillon de deuil (11).

247. Le tapis magique. — En jetant sur la table les joyaux du prince métamorphosé, son épouse est instantanément transportée là où elle se désire rendue, à une grande distance (48) ; une baguette, un médaillon et des poignées magiques transportent leur possesseur et des châteaux là où on les souhaite (55, 56, 61, 63).

248. Le sac de Pois-verts. — Le roi fait lier dans un sac son gendre, qu'on va jeter à l'île aux rats. On l'attache à une voiture; et, en chemin, ceux qui l'escortent s'arrêtent à une auberge, et laissent le sac à la porte. Pendant leur absence, le captif saisit un chat qu'il cache dans son sac, et qui doit lui sauver la vie (63).

249. Voyage au monde inférieur. — Le long de sa route, Petit-Jean aperçoit un trou sans fond. Avec l'aide de son talisman, il se souhaite au fond du trou. Là, il se trouve dans un beau chemin, conduisant au château des géants, sur une montagne... . Plus tard, arrivant au trou par où il est descendu, il regarde en l'air, et il aperçoit une étoile; il se souhaite rendu sur la terre, et son désir s'accomplit (61).

250. Voyage à l'enfer et au ciel. — Frédérico se rend à la porte de l'enfer, où il se fait remettre douze damnés; de là il se rend au ciel, où on finit par le recevoir (69).'

Forme et style.

251. Formules initiales. — (a) Une fois, il est bon de vous dire, c'était... (51, 53, 54, 56, 61, 65, 69, 71); une fois, il est bon de vous dire que c'était... (67) ; une fois, il est bon de vous dire, il y avait... (58); c'est bon de vous dire, c'était un roi... (49); (b) Une fois, c'était... (48, 50, 52, 59, 63, 64, 70); une fois, il y avait. .. (68); c'était un roi qui.. . (66); une fille avait... (72).*

252. Formules finales. — (a) Et moi, ils m'ont renvoyé ici vous le raconter (49, 53, 56, 58, 60, 61, 66, 69); moi, ils m'ont renvoyé ici, à Sainte-Anne de la Pocatière, vous le conter (62); et moi, ils m'ont renvoyé ici vous dire que le petit renard est bien plus fin que l'ours (65); moi, ils m'ont renvoyé ici; mais, ils ne me donnent jamais un sou (68); c'est tout! Moi, ils m'ont renvoyé ici vous conter ça (51, 71). (6) Ils ont fait des grosses noces. Moi, ils m'ont invité, et j'y

> Voir 118 (Ibid.). 'Voir 1 (Ibid.).

« PředchozíPokračovat »